ALEXIA CARRIZALES a soutenu publiquement ses travaux de thèse intitulés : "Le rôle des milieux de vie dans le développement de l'empathie et des comportements prosociaux à l'adolescence" dirigés par Madame Pr. Lyda LANNEGRAND.

La soutenance s'est déroulée le lundi 03 décembre 2018 à 15h30 à l'Université de Bordeaux - 3 ter place de la Victoire 33076 Bordeaux Cedex - Amphi E.

Composition du jury :

Mme Lyda LANNEGRAND Université de Bordeaux Directeur de these
Mme Susan BRANJE Université d'Utrecht, Pays-Bas Rapporteur
Mme Maria Vicenta ESCRIVA MESTRE Université de Valence Rapporteur
Mme Colette SABATIER Université de Bordeaux Président
M. Cyrille PERCHEC Université de Bordeaux Examinateur
M. Grégoire ZIMMERMANN Université de Lausanne, Suisse Examinateur

Mots-clés :

Etude longitudinale, empathie, comportements prosociaux, adolescence, milieux de vie.

Résumé :

L'adolescence est une période importante de la vie caractérisée par des changements majeurs psychologiques et comportementaux qui ont été théoriquement et empiriquement reliés aux changements dans l'environnement social. Les différents milieux de vie des adolescents leur offrent un «terrain de jeu» pour explorer, tester, développer et intégrer des compétences cruciales nécessaires à l’interaction sociale, comme les comportements prosociaux. À l'adolescence, les relations entre pairs deviennent plus saillantes et plus importantes qu’a toute autre période de la vie. Au-delà des contextes familial et scolaire, les adolescents consacrent beaucoup de temps à différentes activités avec des pairs. Parmi ces activités, nous nous sommes focalisées sur la participation à des activités extrascolaires qui sont considérés comme un milieu de vie important dans le développement positif des adolescents.
Le premier objectif de cette thèse était de mieux comprendre le rôle des milieux de vie dans l'empathie et les comportements prosociaux à l'adolescence. Nous avons développé et examiné un modèle théorique intégratif des relations entre les caractéristiques positives et négatives des milieux de vie (famille, classe et groupe de pairs extrascolaire), la perception par les adolescents des comportements prosociaux dans chacun de ces milieux de vie et de leurs propres comportements prosociaux, en tenant compte du rôle médiateur de l'empathie.
Le deuxième objectif était de mieux comprendre les relations longitudinales bidirectionnelles entre l'empathie et les comportements prosociaux à l'adolescence, en mettant un accent particulier sur les processus internes à la personne.
Enfin, le troisième objectif était de mieux comprendre les trajectoires de développement de l’empathie et des comportements prosociaux des adolescents en prenant en compte leur participation à des activités extrascolaires.
Nous avons conduit un recueil de données longitudinales à 3 vagues avec un intervalle d’un an. Les adolescents ont répondu à des questions concernant les caractéristiques des trois milieux de vie, les comportements prosociaux dans chacun d’eux, leur participation extrascolaire, ainsi que leur empathie et leurs comportements prosociaux.
Nos résultats suggèrent que les caractéristiques des groupes de pairs extrascolaires et de la famille (en particulier les plus négatives) et la perception de leurs comportements prosociaux jouent un rôle majeur dans les comportements prosociaux des adolescents via l'empathie à l'adolescence. Ils montrent également que l’empathie est un prédicteur des comportements prosociaux et que les trajectoires de développement de l’empathie et des comportements prosociaux à l’adolescence sont différentes chez ceux qui participent à des activités extrascolaires où on n’observe pas de trajectoire développementale décroissante comparé à ceux qui n’y participent pas.
En utilisant une seule approche théorique dans trois milieux de vie différents, nous avons pu saisir les caractéristiques communes et spécifiques de la famille, du groupe-classe et des groupes de pairs extrascolaires, qui ont une influence sur les comportements prosociaux des adolescents. De plus, prendre en compte les différences entre les individus et les processus de développement intra-individuels, l’hétérogénéité des trajectoires développementales concernant l’empathie et les comportements prosociaux à l’adolescence est essentiel pour saisir l’interaction complexe entre la famille, la classe, le groupe de pairs extrascolaire, l’empathie et le développement prosocial.

Mise à jour le 05/04/2019