Richard Djama a soutenu publiquement ses travaux de thèse intitulés : "L'innovation chez les hygiénistes exerçant dans une équipe opérationnelle d'hygiène hospitalière (EOHH) : Les facteurs individuels et organisationnels" sous la direction du Pr. Adalgisa Battistelli.

La soutenance s'est déroulé le vendredi 4 septembre 2020 à 9h30 en salle du Conseil - Site Victoire. En raison des règles sanitaires actuelles, le nombre de personnes présentes dans la salle était limité et le port du masque était obligatoire.

Mots-clefs

Comportement d'innovation, Comportements proactifs, Caractéristiques du travail, Médiation

Modération, Médiation-Modérée

Résumé

Cette thèse a pour objectif de présenter une recherche concernant le comportement d'innovation d'un échantillon d'hygiénistes opérant dans des services d'hygiène hospitalière en France. La recherche vise à comprendre le rôle de certains facteurs susceptibles d'être des leviers (ressources individuelles et organisationnelles) et/ou des freins (individuels et organisationnels) à l'innovation des pratiques professionnelles des services d'hygiène hospitalière. Dans un premier temps, il a été fait une revue des travaux sur le comportement d'innovation organisationnelle, la satisfaction au travail, les caractéristiques du travail motivationnel et les comportements proactifs, en particulier la prise en charge. Deux études ont été réalisées pour le recueil des données : une étude qualitative menée auprès des hygiénistes de quatre Hôpitaux de la Nouvelle Aquitaine, et une étude transversale à partir d'un questionnaire auto-rapporté, envoyé à tous les hygiénistes de la France - Métropolitaine et dans les territoires d'Outre-Mer – adhérents à la Société Française d'Hygiène Hospitalière (SF2H), et ce, en un seul temps de mesure. Pour l'étude quantitative, des échelles de mesure traduites en français ont été utilisées, en l'occurrence pour les caractéristiques du travail, le comportement d'innovation. Pour les besoins de l'étude, d'autres échelles de mesure ont également été créées pour mesurer les contraintes liées au travail, les opportunités liées au travail et les échanges entre les services de soins et les services de d'hygiène. Pour tester les hypothèses de médiation, des modèles d'équations structurelles (SEM) ont été utilisés, ainsi que la Macros Process de Hayes pour tester les hypothèses de modération et de médiation modérée. Ces résultats mettent en évidence les leviers dont disposent les hygiénistes pour innover dans leurs pratiques professionnelles ; à savoir que : (1) la variété au travail et l'interdépendance au travail ont une relation positive avec le comportement d'innovation, à travers le comportement proactif de prise en charge, (2) l'autonomie a une relation directe et positive d'une part avec le comportement d'innovation, et d'autre part une relation positive avec le comportement d'innovation, à travers le comportement proactif de prise en charge. En outre, le comportement proactif de prise en charge a une relation positive avec le comportement d'innovation. De plus, ces résultats permettent également d'identifier que les échanges entre les cadres de santé et les hygiénistes sont un levier organisationnel au comportement d'innovation dans leurs pratiques professionnelles, et les contraintes liées au travail sont quant à eux des défis organisationnels à relever. Ces deux facteurs organisationnels contribuent à accélérer le comportement proactif de prise en charge et renforcent davantage le comportement d'innovation.

Mise à jour le 01/10/2020